© 2019 Aurélie Longeaud@ UNIVERS Autisme | 2019 | Tous droits réservés 

"J'ai choisi d'être heureuse"

La résilience

NOM FEMININ (DU VERBE LATIN RESILIO , REBONDIR RESISTER AU CHOC):

PHENOMENE PSYCHOLOGIQUE QUI CONSISTE, POUR UN INDIVIDU AFFECTE PAR UN TRAUMATISME, A PRENDRE ACTE DE L'EVENEMENT TRAUMATIQUE POUR NE PLUS OU NE PAS AVOIR A VIVRE DANS LA DEPRESSION ET SE RECONSTRUIRE.

La résilience, voilà ce qui a fait parti des premières étapes et pas des moindres, qui a transformé nos vies. J’espère partager ici certains guides qui m'ont permis de trouver mon chemin. Ces pistes explorées, pas toujours faciles et endurantes, mais qui ont peu à peu éveillé ma conscience, ouvert mon esprit, modifié ma perception et fait tomber beaucoup de mes croyances limitantes. 

Elle a été la clé qui a ouvert la porte, de mon être intérieur, m'accueillant dans la découverte de l'introspection profonde et m'a permis d'accueillir l'autisme afin de pouvoir bénéficier de ce que cette amitié  allait pouvoir nous apporter, mesurant la capacité de cet handicap à nous faire voir la beauté du monde, en nous rattachant à l'essentiel, redécouvrant la nature et la terre mère, avec des valeurs vraies et profondes, tout ce qui aujourd'hui ne fait plus parti de ce monde malheureusement bien trop souvent aliéné, égoïste, obligé de surconsommer pour remplir le vide de bonheur, d'amour et camoufler les peurs.

Lorsque le diagnostic d'autiste sévère est tombé sur mon petit homme, j’ai tout simplement eu l’impression d’être dans un cauchemar, qu’il suffisait que je me réveille. Pourtant, c’est bien la réalité. Au-delà de la douleur d’entendre et de prendre conscience que mon fils est handicapé, le plus dur est l’incompréhension. Comment, mon enfant plein de vie qui jusqu’à présent ne manifestait aucun signe particulier, peut subitement perdre tout ce qu’il a acquis ? Pourquoi durant ces deux années tout s’est bien déroulé jusqu’à ce que ce caillou arrive dans nos chaussures ? Ce constat sans réponse était ressenti comme un état d’ivresse sans fin. 

Pourtant, c'est précisément cette étape de vie qui a profondément transformé positivement nos vies. Il était tant de faire un chemin intérieur, prendre le temps de se retrouver seul avec soi même, pour développer la résilience. Ce caillou, c'était certainement de belles et vieilles âmes qui nous l'ont glisser pour nous montrer le chemin.

C'est pourquoi Univers Autisme a vu le jour: je souhaite partager mon énergie à toutes les personnes concernées par le handicap, touchées de près ou de loin, afin de ne pas s’arrêter à un diagnostic qui peut paraître insurmontable.
Il est essentiel de prendre conscience que nous devons être acteur de notre santé et de notre équilibre global. Tout n'est que question d'énergie! Rien arrive par hasard, tout est fait pour nous guider. 

 

Avoir une capacité de résilience n’est pas quelque chose d’extraordinaire. Nous avons tous en nous cette capacité. Cela peut se remarquer chez "monsieur et madame tout le monde", qui ont fait preuve d'une capacité à rebondir remarquable face à des événements de vie difficiles.

Travailler la résilience, c'est avant tout faire la démarche de prendre conscience, d'acter une situation, mais de rebondir en s'imposant d'agir, en se projetant vers l'avant, en s'autorisant d'avoir des vœux, des projets, se fixer des objectifs et choisir d'être heureux.

Cela est long, cela s'apprend, je dirai même avec plus de justesse se développe, puisque je le répète, nous avons en chacun de nous cette capacité.

Même si cela peut paraître compliqué au départ, il est tout à fait possible de développer une bonne capacité de résilience.

Cela vous demandera du temps, de la persévérance et de la volonté. Il faut le vouloir au fond de ses tripes, pour nous, pour eux, et pour ceux qu'on aime.

Ce voyage intérieur, cette culture du bonheur que nous avons appris durant ce cheminement, n'aurait certainement jamais eu lieu sans la rencontre avec l'autisme. Avant aussi nous étions heureux, mais du mieux que nous pouvions sous l'influence du monde dans lequel nous étions.

 

Commencer par l'acceptation

L'acceptation du changement, qu'il y ai eu un avant et un après avec notre enfant. 

Cela permet de s'adapter au changement avec plus de flexibilité et une ouverture d'esprit. 

Apprendre à lâcher-prise

Ne pas se tenir pour responsable d'éventuels régression, stagnation, progrès. Nous ne pouvons tout contrôler. Faire de son mieux, être juste avec soi et constant pour l'accompagner au quotidien et tenir le rythme dans la durée. Ne rien considérer comme insurmontable, mais plutôt transformer les obstacles en défis.

Se fixer des objectifs

Fixez-vous des objectifs atteignables : un pas après l'autre. Chaque progrès aussi infime qu'il soit compte. Vous devez avancer progressivement, en vous fixant des petits objectifs à court-terme.

Soyez conscient de la distance que vous êtes capable de parcourir pour ne pas vous fracasser sur le mur de vos illusions.

Si vous avancez petit à petit, vous vous sentirez bien. C’est le chemin que vous devez emprunter.

Se faire confiance et apprendre à s'écouter

Parents ou aidants, faites vous confiance, n'ayez pas peur d'écouter votre ressenti, de le suivre. Accompagnant mon fils au quotidien, j'ai toujours vu chez lui comme un sixième sens...des heures d'observations, de partage et d'admiration, j'ai appris au travers de lui à nous développer. Tout cela, aucun professionnel ne peut le comprendre, il faut le vivre pour le savoir. Cela m'aide au quotidien dans mes prises de décision le concernant, toujours en équipe avec son papa. N'ayez pas peur de prendre parfois des décisions à contre courant si cela est justifié. Sans jamais ignorer aucun aspect de la situation, nous savons au fond de nous ce qui est le plus adapté pour petit homme.

Je cultive chaque jour une vision positive de moi-même et de ceux que j'aime: la confiance en mes propres capacités et une attitude positive sont deux choses qui nous permettent d’être particulièrement résilients.

Découvrir son être intérieur et enrichir son savoir

Après ce qu'au début je ressentais comme un coup dur de la vie, j'ai ressenti la nécessité de retrouver la partie spirituelle de mon être, de lire, et d’explorer mon corps et mon esprit, à travers diverses approches. Occuper mon esprit m'a permis d’éviter les mauvaises pensées et d’établir des bases saines, qui nous ont permis d'en être là aujourd'hui.

Consultez des livres, rencontrez des personnes, suivez des thérapies alternatives, renseignez-vous. Vous pouvez également consulter des professionnels adaptés à vos attentes si vous sentez que vous en avez besoin pour avancer, et que vous ne savez pas par où commencer.

S'autoriser à avoir des vœux et des projets

Gardez toujours de la perspective : si quelque chose de mal vous est arrivé, cela ne veut pas dire que votre vie entière part à la dérive, ni que toute votre personnalité ou vos valeurs doivent être remises en question. Délimitez bien le problème, pour pouvoir l’attaquer sous le bon angle, et pour éviter qu’il ne contamine toute votre existence.

Demandez-vous comment vous avez pu surmonter d’autres épreuves : souvenez-vous des situations difficiles que vous avez du endurer par le passé, et essayez de trouver les éléments clés de votre récupération. Si vous parvenez à les identifier, remettez en marche ce qui vous a permis de surmonter d’autres problèmes dans votre existence. Autrement, partez à leur découverte.

Se respecter

Prenez soin de vous : l'handicap, les prises en charge, gérer votre foyer, ou encore votre travail et vos occupations quotidiennes ne doivent pas être les seuls éléments de votre emploi du temps. Faites des choses que vous aimez, profitez de la vie, et surtout, reposez-vous. Passez du temps avec les gens qui vous permettent de vous sentir bien.

Persévérez et gardez confiance : ces deux éléments seront vos alliés pour affronter le chemin qui vous attend. Ne l’oubliez jamais, croyez en vous autant qu'en eux!