© 2019 Aurélie Longeaud@ UNIVERS Autisme | 2019 | Tous droits réservés 

La perception

NOM FEMININ (DU  LATIN RECEPTIO):

EVENEMENT COGNITIF DANS LEQUEL UN STIMULUS OU UN OBJET, PRESENT DANS L'ENVIRONNEMENT IMMEDIAT DE L'INDIVIDU, LUI EST REPRESENTE DANS SON ACTIVITE PSYCHOLOGIQUE INTERNE, EN PRINCIPE DE FACON CONSCIENTE.

Au quotidien, nombre de personnes acceptent de se plier aux codes de vie qui régissent le monde même si beaucoup ne sont pas entièrement d’accord avec tout ce qu’ils apprennent. Au fond d’eux, ils sentent que cela peut être autrement.

 

Dès la naissance, l’humain a la capacité de développer son éveil, sa perception, ses rêves. Il a une capacité à apprendre très importante.  Pourtant nos ainés nous transmettent toutes les règles de la société, les croyances limitantes, une façon de pensée, contrôlant trop souvent l’éveil.

Les règles de notre société nous sont inculquées par nos parents, nos amis, l’école et entretenues par la suite dans le monde du travail et nos relations avec les autres.

Tout ce que nous avons appris est influencé pour rentrer dans un schéma bien rodé, que nous avons sans nous rendre compte associé à notre perception de la réalité.

Pris dans un tourbillon dès la naissance, nous n’avons pas eu la possibilité de laisser place à l’éveil, choisir nos croyances et façonner notre perception.

Sur mon chemin de vie, je me suis donnée la chance d’échanger avec un grand sage au Costa Rica sur la situation de petit homme ; lorsque je lui ai expliqué que mon fils était autiste, il s’est de suite arrêté de parler; j’ai ressenti le besoin de marquer la profondeur de ses propos…puis il m’a dit : « les personnes autistes sont des guides d’éveil sur Terre. Voyez au-delà de l’handicap. Ce sont grâce à ces êtres hors du commun, connectés à la terre mère, que l’on pourra imaginer un futur meilleur. Ils font partis des sauveurs de l’humanité. »

Quelque peu abasourdie par ces propos mais qui résonnait en mon moi intérieur, j’ai pourtant très vite compris le sens de tout cela : ce petit homme que nous cherchions par tous les moyens à sortir de son monde pour le ramener dans le notre, n’avait-il pas raison ?

N’était-il pas sur le plus juste des chemins ?

Lisa h on Unsplash

Au travers de l’autisme, il n’est pas rentré dans ce schéma de vie classique. Et si ne pas vouloir quitter cette bulle dans laquelle il semble se conforter était tout simplement la solution évidente qu’il avait trouvé pour fuir cette influence d’un système dans lequel il ne souhaite pas rentrer et coopérer ? Ce que certain appelleront le renfermement peut être aussi perçu comme la clé de sa liberté ?

Cela est devenu une évidence…oui mon fils était bien différent. Il ne voulait pas devenir monsieur tout le monde justement. Il voulait apprendre, explorer par lui-même sans être endoctriné ou influencé. Ce côté petit enfant sauvage n’était qu’une façon de refuser d’être d’une certaine manière domestiqué.

Nous avions si longtemps espéré l’entendre parler, alors qu’il n’avait pas besoin de cela pour communiquer…pourquoi lui apprendre des valises de noms communs alors que cela l’aurait amené à basculer de notre côté ? Comme s’il savait que la suite aurait été de lui apprendre à vivre et avoir les codes d’une société où les gens ne semblent pas si heureux qu’il pouvait l’être…il ne sait pas faire pour faire, faire pour faire plaisir aux parents, à la maitresse, à l’orthophoniste, où tout simplement parce que les grandes personnes en ont décidé ainsi.

Je le comprends mon petit homme. Il veut tout simplement aller chercher ce qui a de plus pur dans ce monde, le traiter avec respect et développer son propre intérêt pour ce qui le fait vibrer. C’est évident rien qu’en le regardant de voir comme chaque instant est vécu pleinement, il ne fait pas semblant, il est juste et vrai, envers lui-même et le monde qui l’entoure.

Lui, ce qu’il a toujours priorisé, c’est le contact à la nature et aux animaux, comme s’ils étaient trois éléments liés.

Il adore passer des heures à utiliser chacun de ses sens pour observer, toucher, sentir, ressentir, écouter la nature : une feuille, une branche, de l’herbe, les saisons, la valse des nuages, des cailloux, il en est fasciné.

Les animaux, aucun ne l’impressionne mais tous le fascine. Il les connait tous, et ses premiers mots leurs étaient consacrés. Il est resté très longtemps à ne pas parler, sauf pour nous nommer tous les animaux qui existent ou ont existé sur terre. Impressionnant. D’ailleurs il possède une multitude de petits cris dans son dialecte, comme s’il parlait une langue venue d’une tribu nichée au fond de la forêt Amazonienne. Quand il est avec les animaux, ils communiquent ensemble comme avec un sixième sens. Cela m’émerveille à chaque fois et ces choses là sont tellement magiques que je ne m’y habitue pas.

Son premier mot a été girafe…la symbolique que j’y associe est pure : cet animal majestueux, calme et réfléchi, dégageant paix et sagesse, qui avec son grand cou prend de la hauteur…vous comprenez ? Moi oui.

Mike Tinion on Unsplash

C’est comme cela que je vous invite à faire ce merveilleux voyage dans leur monde à eux qui a beaucoup à nous apprendre, car c’est grâce à notre fils que nous sommes devenus ce que nous sommes au sein de notre famille.

Mon mari, ma fille et moi-même lui sommes très reconnaissant, car il nous apprend tellement chaque jour. Il a fait de nous des êtres meilleurs, en apportant la juste étincelle pour transformer notre quotidien. L’ouverture d’esprit, le travail de l’éveil nous à permis de cultiver notre bonheur différemment : l’énergie à fournir est tellement plus fluide et la récolte est dense. Il suffit simplement de ne pas se décourager les premiers mois voire les premières années mais cela en vaut la peine : il faut explorer, essayer, se tromper, ressayer et l’alchimie fini par se produire.

Même si nous étions déjà un pied dans cette approche de vie, nous avons modifié et fait évolué notre façon de nous alimenter, de consommer en général, de travailler, de s’évader, de s’occuper et se divertir, de VIVRE.

Cela a été bénéfique pour tous, petit homme a vu que nous avions changé notre perception, en comprenant que nous ne pouvions lui demander de venir dans notre monde sans avoir eu le respect d’aller dans le sien. C’est un peu comme si nous demandions à une personne venue d’un pays lointain de vivre avec nos valeurs, nos connaissances, nos croyances, ou encore nos codes sociaux sans même s’être intéressé à comment cela pouvait être d’où il venait, là où il avait grandi et s'était construit.

Et cela était sans compter sur ce que nous allions y trouver : un monde vrai, pur, bienveillant, dans le respect de notre Terre et de notre prochain.

Il est pour nous une leçon de vie à lui seul, car le plus fou dans tout cela : c’est lorsque nous avions compris sa démarche, que nous sommes partis à sa rencontre, dans son monde, qu’il a accepté de s’ouvrir petit à petit au notre, en apprenant chaque jour un peu plus les codes de vie de notre société.

A ce jour, il va a son rythme, pour trouver le juste équilibre entre ses valeurs, sa culture, sa conception et ce qu’il doit intégrer pour cohabiter en société.

Je n’attend pas qu’un jour il marche dans le système puisque nous même, sa famille, ne le faisons pas, mais qu’il soit capable de trouver le juste équilibre entre les deux pour continuer à être libre et heureux.

Marc Pell on Unsplash