© 2019 Aurélie Longeaud@ UNIVERS Autisme | 2019 | Tous droits réservés 

L'intention

NOM FEMININ (DU  LATIN INTENTIO "ACTION DE DIRIGER VERS"):

UNE ACTION DE LA VOLONTE PAR LAQUELLE ON FIXE LE BUT D'UNE ACTIVITE OU ENCORE LA MOTIVATION QUI CONDUIT A INTERVENIR. 

Chacun de nous, à un moment de vie, dans l’accompagnement de l’handicap, s’est senti comme pas à la hauteur, comme une forme de culpabilité de ne pas pouvoir faire plus ou influencer d’avantage la situation positivement.

Certains passent même par cet état d’acceptation en se disant que les choses sont ainsi, qu’il faut souffrir, se sentir coupable, pas à la hauteur, d’une manière ou d’une autre, peu importe l’épreuve de vie et les embûches qui nous bousculent. D’où vient cette angoisse, ces peurs, si profondes et tenaces ?La souffrance que l’on peut avoir lorsque nous sommes confrontés à une épreuve est souvent liée au fait de se comparer aux autres.

L’unique conséquence sera la frustration que vous ressentirez dans votre quotidien. Vous risquez même de devenir mal en vous, ne pas ou ne plus oser, vous faire influencer. Peut-être irez vous-même jusqu’à douter des progrès et du chemin qu’ils sont capables de parcourir. Comme si à la suite du choc subit, vous aviez fait un arrêt sur image. Mais si vous ne changez pas cela, vous resterez dans un blocage sans issue possible.

De toute évidence, il faut remettre en mouvement vos énergies et les siennes, un pas après l’autre, pour changer les choses afin de ne pas nourrir et entretenir votre peine, vos peurs et vos angoisses.

Etes-vous ouvert à la possibilité que les choses soient autrement ?

 

Si oui, on continue ensemble. Autrement, je vous conseille de relire les écrits sur la résilience et la perception afin de travailler dessus. Seulement une fois ce chemin fait, vous pourrez faire évoluer vos intentions.

Autrement, si vous n’êtes pas prêt à l’entendre, je n’impose à personne de me suivre, je ne partage que par entraide et bienveillance mon expérience. Ce point de vu et mes propos m’appartiennent, les partager sont la matérialisation de mon intention de vouloir donner l’énergie à d’autres personnes dans une situation similaire qui cherchent simplement un guide pour amorcer un chemin qui sera le leur.

Reprenons, l’intention est à la base d’un tout. Elle représente votre guide sur les chemins qui se présentent à nous dans la multitude de pistes possibles. C’est elle qui vous met sur la voie, qui vous donne la force d’avancer, de pouvoir marcher même avec des cailloux dans vos chaussures et de pouvoir franchir les obstacles.

L’intention permet de remettre en mouvement les énergies : vos vœux, vos rêves, vos projets. C’est en décidant d’avancer et de vous engager avec une réelle volonté que vous trouverez des solutions là où vous appliquiez jusque-là des croyances limitantes. Nos croyances sont créatrices de limites, tout le monde pense détenir des réalités alors qu’il n’en est rien.

Quand vous vous dites mais je ne sais pas si elle/il sera capable de ceci ou de cela, je ne sais pas si ce sera possible de…,demandez-vous si vous êtes à 100% certain qu’ils ne  pourront pas y arriver ? La réponse est non.

Être confronté à l’handicap au quotidien n’est pas toujours facile ; on ne va pas se mentir, c’est une complexité. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut se persuader soit même que parce qu’il y a cette complexité, cela limite le monde du possible. Il existe forcement sur Terre une personne qui a les mêmes circonstances que vous et qui a réussi à faire très bien évoluer la situation et transformer son quotidien positivement.

C’est vous qui choisissez l’histoire que vous allez vous raconter à vous-même. Sortez d’un comportement routinier, d’un schéma limitant.

Je peux comprendre que pour des personnes en grande souffrance mes propos leur semble intolérable au vu de la situation dans laquelle elles sont mais elles sont responsables de ce ressenti : vous pouvez faire quelque chose pour que la situation change, c’est dans votre ignorance de vos capacités à vous éveiller que vous vous êtes trop souvent cloisonné et avez acté ainsi votre relation à l’handicap.

Personne ne naît avec les mêmes prédispositions, mais ce n’est pas parce que l’on semble moins bien servi au départ que l’on va se débrouiller moins bien qu’un autre. Si on développe l’intelligence du cœur, que l'on cultive son bonheur et que l'on donne/reçoit de l'amour, on peut se développer aussi bien qu’un autre, voir même mieux.

C’est en décidant de vous réaliser et d’aller au bout des choses pour eux mais aussi pour vous, que vous verrez que le champs des possibles s’ouvrira devant eux.

Si vous ne changez rien, rien ne changera. C’est en focalisant sur ce qui est compliqué, sur ce qui ne va pas, que vous faites persister la situation. C’est pourquoi il est primordial de ne plus focaliser sur ce que vous ne voulez plus mais de vous focaliser sur ce que vous voulez. Regardez là où vous voulez vraiment aller et la direction que vous voulez prendre.

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai pu le partager : « Transformez l’obstacle en défi ! »

Par où commencer ?Par travailler votre résilience, vos perceptions. Et pour modifier vos intentions ?

La première chose, c’est une illusion de croire que vous pouvez avoir 100% de la réponse. Beaucoup à découvrir, à remettre en question, à évoluer quand déjà vous chercherez non pas à trouver mais à être dans la bonne direction.

 

Bon voyage intérieur !